Importation de l’huile de palme : soutenons la filière agricole française !

Réunis au Conseil départemental pour la session consacrée au Compte Administratif pour l’année 2017, les élus départementaux ont adopté un vœu porté par les groupes de la majorité appelant Monsieur le Ministre de la transition écologique et solidaire à surseoir à la décision d’importer 300 000 tonnes d’huile de palme supplémentaires et à indiquer clairement ses intentions pour soutenir notre filière agricole dans ce domaine.

Importation huile de palme

Vœu présenté par les membres des groupes Somme, Droite et Indépendante ;
Centre & Indépendants et Somme perspectives territoires

 

Par une récente déclaration, le Gouvernement s’apprête à augmenter de 300 000 tonnes les autorisations d’importation d’huile de palme.

Cette décision serait catastrophique sur le plan économique pour l’agriculture, agro-industrie, l’élevage et plus largement, sur la question de l’emploi. Sur le plan écologique, ce seront plus d’émissions de gaz à effet de serre, plus de CO2 et plus de déforestation en Asie ou en Amérique du Sud.

Que dire donc de cette mesure, qui pénalise la vocation alimentaire et énergétique de la France, qui contrevient à nos engagements de développement durable et de respect de l’environnement et qui vient une nouvelle fois mettre à mal l’agriculture française et plonger nos agriculteurs dans l’incompréhension la plus totale.

Par cette annonce, l’État va imposer une concurrence déloyale aux agriculteurs producteurs de colza et mettre en péril l’industrie française du biodiesel de colza, une filière dont dépendent 75 000 producteurs et qui représente environ 20 000 emplois, pour la plupart situés en zone rurale, y compris dans notre Département.

Comme si ce n’était pas assez, par cette mesure, la production de tourteaux de colza, utile à l’alimentation animale, sera réduite, ce qui obligera les éleveurs à importer davantage de tourteaux de soja étrangers.

Enfin, cette annonce est d’autant plus incompréhensible que le Parlement Européen vient de se prononcer pour l’interdiction de l’huile de palme en 2021…

Décidément, même avec le «nouveau monde», c’est toujours plus de normes et de contraintes aux producteurs français.

Face à l’enjeu majeur du développement des biocarburants dans le respect de nos exigences sociales, environnementales et sanitaires et face à la nécessité de préserver notre environnement et notre agriculture, il serait préférable d’avoir recours à un mode d’approvisionnement plus durable, permettant à nos agriculteurs de pouvoir vivre de leur travail et participer activement, comme ils le font déjà, à la production de biocarburants.

C’est pourquoi, les Conseillers départementaux de la Somme demandent à Monsieur le Ministre d’État, Ministre de la transition écologique et solidaire de surseoir à cette décision et bien vouloir leur indiquer ses intentions pour soutenir cette filière agricole française indispensable.

– – –

Ce vœu a été adopté des votants, le groupe « Élues écologistes » votant contre.