Une stratégie immobilière dynamique et rigoureuse

Depuis 2015, sous l’impulsion de la majorité départementale, notre collectivité modernise son parc immobilier. Propriétaire de 153 sites et d’environ 4000 parcelles, elle adapte les biens utiles et n’hésite pas à vendre ceux qui ne répondent pas à un besoin réel. Cette gestion pragmatique permet de dégager des marges de manœuvre sans augmenter les impôts.

(Texte publié dans le magazine Vivre en Somme n°112 de mai-juin 2018)

Une gestion patrimoniale optimisée

En toute cohérence, le Conseil départemental de la Somme a décidé, dans son projet stratégique « Refondation », de fixer trois axes : améliorer les conditions de travail des agents, améliorer l’accessibilité des bâtiments recevant du public et vendre les biens ou les terrains qui ne sont pas indispensables au bon fonctionnement de la collectivité.

L’implantation des Centres Départementaux d’Exploitation Routière (CDER) et des Maisons Départementales des Solidarités et de l’Insertion (MDSI) a ainsi été revue. À Amiens, différents services administratifs, disséminés dans la ville, sont en cours de regroupement au sein de deux bâtiments. Par ailleurs, le Département vient de mettre des locaux inoccupés à la disposition de Somme Tourisme. Cette opération permet à cette structure, financée par le Conseil départemental, d’économiser 30 000 euros par an.

Des ventes plus nombreuses, des recettes utiles pour tenir nos engagements

La mise en œuvre de cette politique permet au Département de proposer, tout au long de l’année, des ventes de biens immobiliers ou de terrains. Nous initions également de nouveaux modes d’annonces, en créant un espace dédié sur le site du Conseil départemental ou en communiquant nos offres aux notaires, agences immobilières ou collectivités qui pourraient être intéressés.

Ces ventes génèrent des recettes nécessaires dans un contexte financier toujours plus contraint pour le Département qui fait face, simultanément, à la stagnation des dotations de l’État et à l’augmentation des dépenses sociales, au titre des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS).

En 2017, le Conseil départemental de la Somme a ainsi encaissé près de deux millions d’euros (+58% par rapport à 2015). Ce chiffre devrait encore augmenter dans les prochaines années. Ces ventes, qui représentent au final très peu au regard de notre budget annuel (689 millions d’euros en 2018), nous permettent néanmoins de ne pas toucher à la fiscalité sur le foncier bâti, seul impôt levé par le Département et de maintenir un haut niveau d’investissement (75 millions d’euros).