Hubert de Jenlis | Revitalisation des centres-bourgs : «pour un urbanisme de projet !»

À l’occasion de l’Assemblée générale du CAUE de la Somme, Hubert de Jenlis, son président, a souhaité apporter un éclairage sur l’un des enjeux majeurs de notre département : la revitalisation des centres-bourgs.

Dans la Somme, comme dans la plupart des départements ruraux, les centres-bourgs et les petites villes perdent des habitants. L’enjeu est véritable en matière d’équilibre du territoire et de qualité de vie dans ce qu’on appelle désormais la « France périphérique ».

Amélioration de l’habitat (trop souvent vétuste), maintien des commerces et des services, mise en valeur des espaces publics, reconversion des friches urbaines… les centres-bourgs font face à de nombreux défis.

50 centres-bourgs accompagnés dans toute la Somme

Dans la Somme, trois centres-bourgs ont d’ores et déjà bénéficié de crédits et d’une ingénierie territorialisée favorisant la rénovation de l’habitat et la redynamisation du tissu économique local. Il s’agit de la ville de Ham, dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt national « Revitalisation des centres-bourgs des communes de moins de 10 000 habitants » ; et des villes de Gamaches et de Péronne, avec l’appui d’un bureau d’études privé (Quartier Libre).

En 2016, le Conseil départemental de la Somme et les services de l’État ont souhaité étendre la démarche à l’ensemble du territoire. 50 centres-bourgs ont ainsi été sélectionnés et invités à réfléchir ensemble au sein d’ateliers décentralisés (voir la carte ci-dessous). Ces derniers reposent sur le partage d’expériences et la mise en réseau afin de passer d’une stratégie de revitalisation des centres-bourgs à un véritable urbanisme de projet.

Les pistes de travail

Qualité du cadre de vie et des espaces publics, dynamisme économique, construction de nouveaux quartiers… la question de la revitalisation des centres-bourgs doit être prise dans toute sa complexité.

Si l’activité commerciale est intimement liée à l’initiative privée, la puissance publique doit créer l’ensemble des conditions favorables à son épanouissement. On comprend aisément que des difficultés d’accès à un centre-bourg (devoir longer une voie passante, impossibilité d’abriter un vélo…) nuiront à son commerce.

Construire un nouveau quartier d’habitations et un équipement public à chaque extrémité d’une rue commerçante peut aussi permettre de la redynamiser

Construire un nouveau quartier d’habitations et un équipement public à chaque extrémité d’une rue commerçante peut aussi permettre de la redynamiser si les aménagements sont adaptés au stationnement et à la promenade.

L’état du patrimoine de la commune ou la qualité de ses espaces publics jouent un rôle central : dégradés, ils n’inciteront pas à venir découvrir la commune ou s’y installer.

Il n’existe pas une seule réponse, une unique recette pour revitaliser un centre-bourg

Bien évidemment, il n’existe pas une seule réponse, une unique recette pour revitaliser un centre-bourg. C’est un ensemble de finalités à poursuivre, de conditions à réunir, d’outils à mobiliser, d’actions à organiser dans le temps et qui doivent être adaptées aux spécificités et à l’histoire de chacun des territoires concernés.

Une logique de complémentarité entre les bourgs plutôt que de concurrence

Surtout, les projets de revitalisation ne doivent pas s’inscrire dans une logique concurrentielle entre communes mais bien dans une logique de complémentarité entre les bourgs : conforter les équipements sportifs d’une commune, par exemple, et valoriser le marché dominical de la ville voisine.

Aussi, il est possible de retenir trois conseils (non exhaustifs) en faveur de la revitalisation des centres-bourgs :

  • Engager un diagnostic de qualité, précis, fouillé, tout en favorisant la participation des habitants, qui vivent concrètement dans la commune et en s’inscrivant dans une démarche globale de territoire avec les équipes municipales voisines ;
  • Situer l’action pour la commune à la fois dans un temps court (« Concrètement, l’année prochaine… ») et à la fois dans un temps long, de prospective (« Comment pourrait évoluer la commune dans les 10 prochaines années ? ») ;
  • Optimiser les investissements à réaliser, leur pérennité et s’interroger sur la place que peut y avoir le privé.

En savoir plus :


Le CAUE, c’est quoi ?

Le CAUE de la Somme est une association à échelle départementale, issue de la loi de 1977 sur l’Architecture, créée en 1981 à l’initiative du Conseil général de la Somme. Il a pour but de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement avec le souci permanent de prendre en considération les particularités locales.

> Le site internet du CAUE de la Somme


L’AG du CAUE du 24 mars 2017 à Doullens en photos