Un budget primitif 2016 courageux et responsable

Augmenter les impôts ou réaliser d’importantes économies de fonctionnement : voilà le choix qui s’imposait aux élus pour équilibrer le premier budget de la nouvelle majorité départementale, voté le 24 mars 2016.

 (Texte publié dans le magazine Vivre en Somme n°100 de mai/juin 2016)

14 millions d’euros d’économies,
81 millions d’euros d’investissement

Avec, d’un côté, l’explosion de nos dépenses obligatoires (RSA en tête) et, de l’autre, la baisse drastique des dotations de l’État, le contexte financier dans lequel les élus de la majorité ont élaboré le Budget primitif 2016 du Conseil départemental, était inédit.

Refusant d’augmenter la fiscalité locale et de sacrifier les investissements créateurs d’emplois, les élus ont voté un vaste programme d’économies de fonctionnement, à hauteur de 14 millions d’euros. Élus, services administratifs et partenaires, tous ont été invités à faire des efforts. Pour la première fois de son histoire, le Conseil départemental entame une baisse de ses effectifs. Les moyens mis à disposition des élus ont été, également, considérablement réduits. Par ailleurs, chaque service a étudié la manière d’optimiser chacune de ses politiques. Au total, 81 millions d’euros seront investis pour la rénovation de nos collèges, l’entretien de nos routes ou pour aider les projets des communes…

Les samariens attendent de nous du pragmatisme

Ces choix ont été durement critiqués, en particulier par la gauche départementale. Pour leur part, les élus du groupe Centre & Indépendants ont soutenu sans réserve le projet présenté par le président Laurent Somon. Pour Hubert de Jenlis, 1er vice-président en charge des finances, il s’agit d’un « budget courageux et responsable. Bien évidemment, il serait plus facile de dépenser toujours plus l’argent public ! Mais lorsqu’on se les applique à soi-même, les efforts demandés sont compris. C’est ce pragmatisme qu’attendent les habitants de la Somme. Il s’oppose à toutes les démagogies, de gauche comme d’extrême-droite. »

Réduire la voilure tout en préservant la structure

Christelle Hiver, conseillère départementale du canton de Doullens et rapporteure du budget, a usé d’une métaphore marine en clôture des discussions sur le budget : « Lorsqu’un bateau menace de couler, soit on répare l’avarie en réduisant la voilure mais en préservant la structure, soit on continue de naviguer aveuglément. Cette option est certes moins compliquée, moins inquiétante pour les passagers, mais aussi beaucoup plus risquée pour arriver à bon port. Elle nécessitera de rendre des comptes sur l’absence de mesures salvatrices lorsque l’embarcation aura sombré. »

Consulter le supplément du magazine Vivre en Somme, consacré au Budget Primitif 2016 (Calaméo)

La fiche synthétique (chiffres clés) du Budget Primitif 2016 (PDF)

FICHE BUDGET 2016-1 FICHE BUDGET 2016-2