Pentair: les conseillers départementaux demandent au Gouvernement d’être offensif vis-à-vis du groupe industriel

Les conseillers départementaux de la Somme ont adopté, à l’unanimité, ce lundi 15 février, le vœu déposé par Antoine Bruchet et Carole Dumont demandant au Gouvernement d’être plus offensif vis-à-vis des dirigeants du groupe Pentair.

Les conseillers départementaux de la Somme demandent au Gouvernement d’adopter une attitude offensive vis-à-vis des dirigeants du groupe Pentair

Vœu déposé par Antoine Bruchet et Carole Dumont, Conseillers départementaux du canton de Ham et par les groupes Centre & Indépendants et Somme, Droite et Indépendante

Le 24 décembre 2015, à la veille de Noël, le groupe américain Pentair a annoncé la fermeture de son unité de production à Ham, suscitant l’incompréhension des 133 salariés licenciés, des élus et plus généralement de l’ensemble de la population.

En effet, le site de Ham est tout à fait viable. En 2015, il a dégagé une marge brute de près de 22%, ce qui en fait l’unité européenne la plus rentable de son secteur. La qualité du travail des salariés est unanimement reconnue. Les carnets de commande sont pleins et ont donné ces derniers mois 46 heures de travail hebdomadaires aux effectifs de l’entreprise afin de répondre à la forte demande. Les récents investissements réalisés en font une usine moderne et compétitive, certifiée ISO 9001 et 14001.

Il semble que la recherche d’une rentabilité financière excessive pousse les dirigeants du groupe Pentair à se désengager de notre pays, au détriment de toute logique industrielle et de toute considération humaine.

L’engagement des élus locaux, la loi du 29 mars 2014 « visant à reconquérir l’économie réelle » (dite loi Florange) et surtout la mobilisation exemplaire des salariés ont permis d’obtenir, mi-janvier, un sursis de 2 ans pour l’usine, qui devait initialement cesser toute activité dès le début de l’année 2016. Mais les perspectives à plus long terme manquent.

Les Conseillers départementaux de la Somme assurent les salariés de leur soutien et demandent au Gouvernement d’adopter une attitude beaucoup plus offensive vis-à-vis des dirigeants du groupe Pentair en Suisse et aux États-Unis afin que ce dernier révise sa stratégie industrielle en France.

Il dispose pour cela d’arguments majeurs :

  • un grand nombre des clients du groupe Pentair sont des entreprises françaises dont l’État est actionnaire, parfois de manière majoritaire (EDF, AREVA, DCNS…) ;
  • le groupe a par ailleurs bénéficié en 2015 d’un important crédit d’impôt dans le cadre du CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), qui aurait dû permettre le maintien de l’emploi. Les Conseillers départementaux de la Somme s’interrogent d’ailleurs sur son utilisation.

Les Conseillers départementaux de la Somme soulignent qu’il n’est plus permis, aujourd’hui, d’attendre pour agir et défendre les salariés de l’usine Pentair de Ham, site industriel à la pointe de l’innovation et largement bénéficiaire.

Le présent vœu sera adressé à Monsieur le Premier ministre.