Crise agricole : pour nos cantines, une production locale

L’été 2015 aura été marqué par le désespoir et la révolte de nos agriculteurs, asphyxiés par la politique des prix de la grande distribution et de ses intermédiaires.

Ils demandent des prix rémunérateurs pour simplement vivre de leur travail. Comme l’a souligné le président Laurent Somon au lendemain des annonces du Gouvernement, le plan d’aide dévoilé en urgence cet été ne soulagera que brièvement le monde agricole et ne lui offre aucune perspective d’avenir.

Les exploitations agricoles souffrent des mêmes maux que les entreprises : les coûts de production sont trop élevés parce qu’elles supportent le coût des charges sociales. Des réformes doivent être entreprises : simplification des normes, organisation des filières, sensibilisation des consommateurs, responsabilisation des banques, promotion de nos exportations.

Au niveau local, les collectivités territoriales doivent prendre leurs responsabilités. Le Conseil départemental de la Somme dispose d’un levier pour contribuer à la valorisation et au renforcement de notre agriculture locale : approvisionner les cantines des collèges par des agriculteurs du département. Chaque jour de classe, dans la Somme, ce sont près de 15 500 repas qui sont produits à destination des élèves et des personnels.

Les circuits courts offrent bien des avantages : ils créent de nouveaux débouchés de commercialisation pour les producteurs locaux, permettent de mieux éduquer nos enfants à la saisonnalité des produits et replacent les équipes des cuisines au cœur du service de restauration car elles deviennent alors responsables des commandes et de la transformation des produits.

« 100 % DES COLLÈGES ALIMENTÉS EN CIRCUITS COURTS »

Cinq ans après l’expérimentation lancée avec la Chambre d’agriculture, 37 collèges publics de la Somme (sur 50) se fournissent en partie auprès de 92 producteurs signataires de la charte « Circuits courts en Somme ». Néanmoins, ce mode d’approvisionnement ne représente en moyenne que 5 % des commandes.

Nous devons nous fixer comme objectif la participation à terme de 100 % des collèges au dispositif et de tripler le niveau des commandes. Cet objectif est atteignable en soutenant et en formant le personnel des cuisines.